• Parc de Mariemont (Belgique)

    Le parc de Mariemont est un des plus beaux de Belgique. Entièrement clos de murs, il couvre une superficie d'environ 45 ha, auxquels il faut ajouter celle de l'allée d'accès, dite «drève de Mariemont», et des vergers attenants sur une profondeur de 35 m de part et d'autre. Il conserve pour l'essentiel l'aspect qu'il avait au début du XXe siècle. Le noyau en a été dessiné en 1832 par Charles-Henri Petersen sur le modèle des jardins anglais de l'époque, où une alternance subtile de pelouses, d'étangs et de massifs de frondaisons, parcourus de chemins sinueux, cherche à évoquer l'aspect naturel des sites boisés et à mettre en valeur la beauté des vallonnements. Dans cette même tradition anglaise, des percées vers l’extérieur contribuent au prolongement optique du parc. Ces ouvertures rayonnent pour la plupart vers la forêt de Mariemont et la vallée de la Haine. L’extension des frondaisons ajoutée à la prolifération des plantations a quelque peu altéré ce dispositif originel. Si le style paysager exclut les parterres fleuris, Petersen a néanmoins prévu d’aménager une roseraie vers l’entrée du parc.

    Conçu au XIXe siècle comme parc d'agrément et de collection, le parc de Mariemont intègre un certain nombre d'arbres multiséculaires qui remontent à l'ancien domaine royal. Les espèces indigènes sont d’abord privilégiées. Le fond des massifs de frondaison est constitué de hêtres pourpres, laciniés et pleureurs, de chênes et de frênes; les ormes ont presque tous disparu, victimes de la graphiose de l'orme (graphium ulmi), parfois aussi dénommée «thyllose parasitaire». Dans ce décor savamment disposé, de nombreuses essences exotiques, le plus souvent isolées, sont réparties de manière à renouveler sans cesse l'intérêt du promeneur. Elles apparaissent avec l’arrivée de Fuchs à Mariemont en 1861. La même année, il fait planter des Araucarias. On lui doit également les massifs d'azalées et de rhododendrons; la terre de bruyère nécessaire à leur plantation a été amenée de Sologne !  Aujourd'hui, le parc de Mariemont possède la plus importante collection dendrologique de la province de Hainaut et l’une des premières du pays. Un dénombrement systématique effectué en 2005 identifie 2.434 plantes dont une septantaine d’arbres remarquables parmi lesquels près de 30 sont classés comme les plus gros spécimens de leur espèce ou variété conservés en Belgique. L’éclectisme des intérêts botaniques, archéologiques, historiques et esthétiques rencontrés confère au parc de Mariemont un attrait tout à fait original sanctionné par un arrêté de classement de la Région wallonne en date du 3 août 2003. 

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :